Un Appy échappe à l'Inquisition

 

 

En novembre et décembre 1532, l’inquisiteur de la foi Jean de Roma, un dominicain, intenta un procès contre le barbe vaudois Pierre Griot. Ce dernier, jeune prédicateur, avait visité plusieurs localités vaudoises du Luberon, allant de maison en maison, au printemps 1532, accompagnant un prédicateur plus ancien, le barbe Louis. Il fut pris par l’inquisition probablement fin octobre ou début novembre 1532, dans une maison proche de Lourmarin.

Lorsque les deux barbes arrivaient dans un village, ils venaient tout exprès dans une famille acquise à leur foi : « Jamais ils ne prêchent sa doctrine sinon devant ceux qu’ils savent qu’ils sont de leur secte ». La mission des barbes ne consiste pas à convertir, mais à entretenir la foi des croyants. Leur arrivée se fait discrètement, le soir tombé. Ils s’adressent d’abord aux membres de la famille qui les accueille. Aussi, pour l’inquisiteur, connaître le nom de la maison qui a accueilli les barbes suffit pour faire citer en justice tous ses membres.

 

 

Au folio 181 de l’interrogatoire mené par l’inquisiteur, on lit :

« Interrogué si a jamais esté à La Coste,
- Dict qu’il est bien vray qu’il a esté en la maison d’Estienne Appi ; non pas qu’il ait jamais presché ne ouy prescher, mais il alloit pour ce que l’oncle Gors y estoit.
»

L’oncle Gors est probablement le barbe Georges Jehannon. Un des fils d’Estienne Appy est d’ailleurs prénommé Georges, sans doute en mémoire de ce barbe.

Au folio 182v° et 183, on lit aussi :

« Dict davantaige, le dessusdict Loys [le barbe Louis] le mena à partir de Cabrières [Cabrières-d’Avignon] à La Coste et visitèrent deux maisons, c’est assavoir la maison de Estienne Appy, baille [le baile est le représentant du seigneur dans la communauté villageoise] dudict lieu, et de Anthoine Mallan. »

Au folio 183v° : « Aussi confesse que a esté avec ledict Georges [le barbe Georges Jehannon] en la maison d’Estienne Appi. »

Et au folio 197 : « Aussi dict et confesse que en ce mesme temps, il fut avecques Georges en la maison de Estève Appi, de La Coste, et avec le barbe Loys en la maison de Anthoine Mallan. »

 

 

Au total donc, plusieurs mentions d’Estienne Appy qui lui aurait valu d’être poursuivi par l’inquisiteur. Mais cela ne fut pas le cas : Jean de Roma mourut l’année suivante, en 1533, au couvent des dominicains d’Avignon où sévissait une épidémie.

Estienne Appy est mon 16e aïeul, et son fils Georges Appy (né vers 1523) mon 15e aïeul.

Bernard APPY